Vivoka
Vivoka a annoncé lundi 5 février 2018 une levée de fonds d’un million d’euros pour développer sa solution d’intelligence artificielle à reconnaissance vocale Lola. Parmi les investisseurs, des promoteurs immobiliers intéressés par les projets de la start-up lorraine dans l’univers de la smart home. Le tour de table financier avait été bouclé avant le décollage de Vivoka pour le Consumer Electronic Show de Las Vegas (CES). Annoncée officiellement le 5 février 2018, cette levée de fonds d’un million d’euros devrait permettre à la start-up lorraine d’engager, à partir du 2e semestre 2018 la commercialisation des premiers produits intégrant sa solution d’intelligence artificielle à reconnaissance vocale, Lola. Deux ans à peine après sa création, la jeune pousse a lancé à l’automne 2017 l’industrialisation de Zac, un boitier permettant de contrôler, par la voix, l’ensemble des objets connectés de la maison.

Ce produit, actuellement en phase de test auprès de promoteurs immobiliers et bailleurs sociaux, s’appuie sur un hologramme adoptant l’image d’un raton-laveur. L’horizon de la société fondée par William Simonin, Geoffrey Heckmann et Vincent Leroy, trois diplômés de l’école d’informatique Epitech à Nancy, ne s’arrête pas pour autant à la domotique. Une enseigne de la grande distribution pourrait également commercialiser courant 2018 une application intégrant la technologie Lola. « Je voudrais manger bio pour moins de 50€ cette semaine. Ajoute ce qu’il faut à mon panier », pourra bientôt ordonner le consommateur. Vivoka table sur Cinq recrutements en 2018

La levée de fonds va également permettre d’étoffer l’équipe de 9 personnes actuellement hébergée par la pépinière Synergie à Metz. Cinq salariés supplémentaires devraient être recrutés en 2018, parmi lesquels des spécialistes de l’intelligence artificielle et du traitement automatique de la langue naturelle (NLU).

« Cette première levée de fonds est également l’occasion de nous entourer de spécialistes des domaines que nous ciblons : l’immobilier, les nouvelles technologies et les telecoms », pointe William Simonin, co-gérant de Vivoka.

Le groupe d’investisseurs est en effet composé d’acteurs nationaux et régionaux parmi lesquels le groupe de construction Etchart, l’ancien directeur de SFR, Éric Denoyer, des promoteurs immobiliers lorrains et luxembourgeois, ainsi que le fondateur de l’opérateur nancéien Adista. En compétition avec les systèmes de reconnaissance vocale des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) sur le marché français, sa principale cible, le fondateur argumente : « Là où leurs technologies restent très généralistes, nous avons mis au point une intelligence artificielle plus avancée sur un domaine très précis : la domotique. Nous sommes également en mesure d’intégrer notre technologie aux solutions de nos clients ».
Actualité suivante :

Coinbase Commerce

Un service destiné aux e-commerçants pour intégrer les paiements en crypto-monnaies